La première phylogénie moléculaire interne du phylum animal Entoprocta (Kamptozoa)

Cet article fournit la première étude phylogénétique moléculaire du phylum énigmatique des invertébrés Entoprocta et a été conçu pour résoudre les relations phylogénétiques internes du taxon. L’étude est basée sur des analyses partielles et combinées du gène mitochondrial cytochrome c oxydase sous-unité I (COI), ainsi que des gènes ribosomiques nucléaires ADNr 28S et ADNr 18S. Une courte matrice de caractères morphologiques a été construite pour retracer l’évolution des caractères le long de l’arbre phylogénétique moléculaire combiné. Les analyses combinées des trois gènes soutiennent fortement la monophylie du phylum Entoprocta et une relation de groupe frère entre Entoprocta et Cycliophora, un résultat qui est cohérent avec un certain nombre d’évaluations morphologiques et moléculaires antérieures. Nous trouvons des preuves de deux lignées distinctes au sein des Entoprocta, une lignée menant à tous les taxons coloniaux récents, les Coloniales, une autre représentant le clade des entoproctes solitaires, les Solitaria. Notre étude suggère que Loxosomella est un assemblage paraphylétique en ce qui concerne les genres Loxomitra, Loxosoma et Loxocorone. Les résultats impliquent que l’entoprocte ancestral était un organisme marin solitaire avec un style de vie épizoïque. Le plan du stade adulte de l’entoprocte comprenait probablement un système nerveux centralisé bilobé, et la larve était supposée planctonique, avec un intestin et une semelle rampante ciliée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.